Pass'web pour les jeunes proposé par le Conseil Général du Bas-Rhin

Rentrée universitaire : les réformes pour 2018

Rentrée universitaire : les réformes pour 2018 - © l'Etudiant

Exit le tirage au sort et la plateforme Admission post-bac (APB) pour la rentrée 2018 ! L’objectif indiqué par le gouvernement est de garantir un accès à l’enseignement supérieur à tous les bacheliers et de réduire l’échec en première année de licence. L’orientation des élèves de terminale et la sélection à l’université sont au cœur des réformes.

Les changements à venir pour la rentrée universitaire 2018 :

  • Deux semaines vont être dédiées à l’orientation pour les terminales : la première semaine permettra aux lycéens de mieux connaître les métiers, tandis que la deuxième sera consacrée à la présentation des filières
  • Les élèves de terminale devront indiquer leurs choix dès le début de l’année scolaire. Au deuxième semestre, le conseil de classe examinera les vœux des élèves et transmettra ensuite son avis aux établissements d’enseignement supérieur. Les lycées pourront nommer dès le mois de décembre un deuxième professeur principal pour un encadrement personnalisé des élèves. 
  • La nouvelle plateforme d’orientation Parcoursup remplacera APB et  verra le jour le 15 janvier 2018. Les lycéens pourront faire jusqu’à 10 vœux, contre 24 jusqu’à présent sur APB, sans possibilité de classement. Tous les vœux du lycéen devront être motivés. Pour chaque filière sera affichée une liste de compétences, nécessaires à la réussite du cursus. À la fin de la procédure, le candidat fera un choix parmi les réponses favorables. 
  • Les formations sélectives, comme les BTS, DUT et les classes prépas pourront toujours refuser des candidats. En revanche, les filières non sélectives ne pourront pas en refuser s’il leur reste des places vacantes. Les universités pourront donner trois types de réponses au candidat : "oui", "oui si" ou "en attente". Dans le second cas l’université proposera un parcours personnalisé au candidat, qui pourra comporter une remise à niveau obligatoire. Faute de places suffisantes, les universités placeront les bacheliers en liste d’attente et donneront la priorité aux profils correspondant le mieux aux formations demandées. Une commission présidée par le recteur sera néanmoins dans l’obligation de proposer une autre formation aux bacheliers qui se retrouveraient sur le carreau. 
  •          La sécurité sociale étudiante, dont la cotisation s’élève actuellement à 217€, sera supprimée. À partir de 2018, les étudiants seront rattachés au régime général

Voter NB de votants : 0 Moyenne : 5/5

Commentaires (0)

Vous devez être authentifié(e) pour soumettre un commentaire
Haut de page